16/03/2007

1932 - Supression du sentier n°49

Administration communale de Houdeng-Aimeries.

Conseil du 14 juillet 1932.

Sentier n° 49 rue Infante Isabelle - Partie - Suppression.

 

Décision.

 

Il est donné lecture d’une lettre datée du 12 mai 1932 par laquelle Monsieur Arthur Lucas, industriel, demande la suppression d’une partie du sentier n° 49, partant de la rue Infante Isabelle, tenant à la maison de Monsieur Commerce jusqu’au chemin de fer des Charbonnages du Bois-du-Luc; un extrait de l’Atlas des chemins vicinaux est annexé, en triple expédition, à la demande.

 

Avant de se prononcer le Conseil communal est désireux de connaître si cette enquête ne donnera pas lieu à de nombreuses réclamations, ce qu’il craint très fort.

 

Une enquête de commodo et incommodo sera ouverte de suite et aussitôt les résultats connus, cette affaire reviendra devant le Conseil communal pour décision.

sentier 49 01

 

 

sentier 49 02

 

20:00 Écrit par Petit Loup dans Hameau du Croquet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : document, sentier |  Facebook |

15/03/2007

1917 - Suppression du sentier n°49

Administration communale de Houdeng-Aimeries.

Conseil du 26 octobre 1917.

Sentier n° 49 - Demande de suppression.

 

Vu la demande de Messieurs Roland et Ponsart tendant à obtenir la suppression du sentier n° 49 de l’Atlas des chemins vicinaux, partie comprise entre la rue Infante Isabelle et le chemin de fer industriel de Bois-du-Luc;

 

Vu le procès-verbal de l’enquête de commodo et incommodo il résulte que plusieurs oppositions ont été présentées:

 

1°-  De la part de la Société du Charbonnage du Bois-du-Luc parce que si la partie BC du sentier était supprimée, les personnes empruntant la partie restante AB ne trouveraient que le chemin de fer pour sortir de l’impasse, alors que ce chemin de fer n’est pas un chemin public et que la circulation, long de la voie y est défendue;

 

2°-  De la part de plus de Vingt habitants du quartier faisant remarquer  l’utilité du sentier surtout en ce moment où l’on doit se rendre tant de fois aux magasins de ravitaillement;

 

Attendu que sans être hostile à la suppression du sentier l’assemblée estime qu’elle ne peut avoir lieu sans qu’une autre voie de communication la remplace

 

Attendu que l’objet n° 8 du présent ordre du jour s’occupe précisément de la question, ajourne à l’unanimité la suppression du sentier comme étant subordonnée à la décision concernant l’ouverture d’une rue.

 

19:00 Écrit par Petit Loup dans Hameau du Croquet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentier, document |  Facebook |

14/03/2007

1890 - Détournement du sentier n°49 de l'Atlas.

Administration communale de Houdeng-Aimeries.

Délibérations du Conseil du 9 septembre 1890.

 

Vu la demande du sieur Auguste Masquelier, négociant à Houdeng-Aimeries, en date du 5 avril 1890, tendant à obtenir la suppression d’une partie du sentier n° 49 de l’Atlas de cette commune, lieu dit: Saint Nicolas:

 

Vu l’extrait du plan de détail de l’Atlas, dressé en double exemplaire, indiquant les modifications proposées; vu les certificats constatant que la tenue de l’enquête de commodo et incommodo a été annoncée conformément aux instructions sur la matière;

 

Vu le procès-verbal de cette année, duquel il résulte qu’une opposition verbale a été présentée, opposition qui vise seulement la partie BC et non la partie AB du sentier;

 

Attendu qu’il peut être fait droit à cette réclamation;

 

Considérant que la suppression du sentier, telle qu’elle est sollicitée ne peut causer aucun désavantage à la commune;

En conformité de la loi du 20 mai 1863;

Arrête à l’unanimité:

 

1°-  La partie du sentier n° 49 de l’Atlas et figurée AB au plan joint est supprimée; elle sera remplacée par un sentier de même largeur représenté en AD;

 

2°-  Ce nouveau chemin sera tenu constamment en bon état et ne pourra servir qu’à l’usage exclusif des piétons.

 

3°-  Le requérant versera dans la caisse communale à titre d’indemnité la somme de trente francs, qui sera affectée à des travaux de voierie.

 

Il supportera de plus, tous les frais de dépenses à résulter de la modification autorisée.

 

4°-  L’impétrant devra toujours, à ses frais, prendre toutes les mesures de prudence nécessaires pour que l’accès du nouveau chemin soit facile et la sécurité des piétons sur tout son parcours, parfaitement et complètement assurée.

 

La présente autorisation sera transmise, en double expédition, avec le dossier y relatif, à la Députation Permanente du Conseil Provincial.

20:45 Écrit par Petit Loup dans Hameau du Croquet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentier, document |  Facebook |

07/03/2007

Les sentiers du Croquet.

De nombreux sentiers furent créés, principalement dans des terrains de la Société du Charbonnage du Bois-du-Luc, pour permettre un accès plus aisé à la fosse Sainte-Barbe.

 

Sur Houdeng-Goegnies.

 

1. Le sentier Sainte-Barbe ou de la chapelle - De la rue du Croquet à la Chapelle

 

Sur Houdeng-Aimeries.

 

2. La ruelle du Rieu Baron - de la rue du Croquet à la place Communale pour rejoindre la rue de  la Corderie par le sentier Berger de la Tour.

 

3. Le sentier Putsage qui partait de la cantine de la brasserie pour aboutir au carre-four de la rue de l’Hospice, de la rue Infante Isabelle et de la rue du Vent de Bise.

 

4. Le sentier de la rue du Croquet à la brasserie Putsage.

 

5. Le chemin Communal de la rue Saint-Barbe ou rue Arthur Putsage qui se terminait par un sentier pour aboutir à la chapelle.

 

6. Le petit sentier partant du carrefour de la rue du Croquet, rue Jeanne Haye et rue de la Jobrette pour aboutir en face de la cantine de la brasserie.

 

7. Le sentier allant de la chapelle vers la rue Infante Isabelle en traversant le chemin de fer particulier du Charbonnage du Bois-du-Luc. Il faisait autrefois la liaison entre la chapelle et la place Saint-Nicolas.

 

Avant la fermeture, le 29 juin 1973, du dernier siège de la Société, les Charbonnages du Bois-du-Luc mettaient en vente tous les terrains et maisons qu’ils avaient accumulés au cours de leurs activités.

 

L’achat de ces terrains n’autorisait cependant pas les nouveaux propriétaires à supprimer les sentiers qui traversaient leur propriété. Devenus « servitudes » l’autorisation communale était nécessaire pour la suppression de ceux-ci.

 

La chapelle Sainte-Barbe n’échappa pas à cette vente et elle fut cédée à un particulier en même temps que  le terrain sur lequel elle était érigée. Aussi, à l’heure actuelle, elle est dans un état de délabrement bien avancé et il sera bien difficile de la sauver de la ruine totale.

 

Voyons en détail chacun des sentiers que nous connaissions si bien il y a encore quelques décennies.

 

1. Le sentier Sainte-Barbe.

 

Faisant limite entre les deux Houdeng ce sentier de la rue du Croquet à la Chapelle, situé entièrement sur la commune de  Houdeng-Goegnies, reste accessible au public. L’Administration Communale de Houdeng-Goegnies refusa son aliénation et ce sentier se termine maintenant en cul-de-sac à proximité de la Chapelle.

 

2. La ruelle du Rieu Baron.

 

Le  sentier n° 48 de l’Atlas des chemins vicinaux reliait autrefois la rue du Croquet à la place Communale à Houdeng-Aimeries et rejoignait la rue de la Corderie par le sentier du Berger de la Tour. Derrière la première Maison Communale de Houdeng-Aimeries ce sentier était aussi appelé « Ruelle du Ramasse-Tout » (Collège du 14

septembre 1882).

 

En 1891 (Collège du 5 novembre) il fut même examiné la possibilité d’ouvrir une rue au lieu de ce sentier très utilisé pour rejoindre le centre de la commune de Houdeng-Aimeries.

 

Lors de la construction du Canal du Centre il fut coupé de sa destination principale et le Rieu Baron fut détourné. Le sentier aboutit alors par une piedsente abrupte de la rue du Croquet au chemin de halage du canal ou quai du Canal du Centre, avenue du Port pour Houdeng-Aimeries et quai de la Salle pour Goegnies. Cette désignation fut transformée en quai des Canadiens lors de la fusion des communes.

 

527HA_CANAL_VERS_LA_LOUVIER~1

1903 - Le quai public du port d'Houdeng sur le canal du Centre: il n'eut pas le succès escompté.

 

Omer Debilde, fermier, qui louait les herbages longeant le canal, du pont tournant de l’église au pont fixe du Croquet, demande en 1934 (Collège du 16 octobre) la suppression du sentier partant de la rue du Croquet au Canal. Le commissaire voyer estimant que ce sentier était encore très pratiqué, sa suppression n’est pas réalisable.

 

3. Le sentier Putsage.

 

En 1967, une demande est introduite par les Etablissements Van Goethem auprès de l’Administration Communale de Houdeng-Aimeries tendant à obtenir la suppression du sentier n° 48 de l’Atlas des chemins vicinaux qui, partait du carrefour des rues de l’Hospice, de la rue Infante Isabelle et de la rue du Vent de Bise et aboutissait auprès de ce qui fut la « Cantine » de la Brasserie Putsage. Cette demande est basée sur le fait que les Etablissements Van Goethem désireraient agrandir leurs installations. Toutes les formalités légales furent accomplies et la suppression fut admise par les autorités supérieures, l’enquête de commodo et incommodo n’ayant reçu que quelques oppositions ne se basant pas sur des éléments probants.

 

Ce sentier n’était en droit, qu’une servitude d’accès venant du fait que l’ancien propriétaire (le Charbonnage du Bois-du-Luc) y avait partagé le terrain en lopins de culture potagère, auxquels il fallait bien accéder. Dénommé « sentier Putsage » son trajet ne réalisait pas un raccourci notable et présentait le plus souvent un parcours boueux.

 

4. Le sentier de la rue de la Jobrette à l’avenue Putsage.

 

La S.A. du Charbonnage du Bois-du-Luc (en liquidation) introduit une demande tendant à la suppression du sentier n° 48 de l’Atlas des chemins vicinaux joignant la rue de la Jobrette (ex rue du Croquet) à l’avenue Putsage. Depuis la suppression du sentier n° 48 joignant l’avenue Putsage à la rue de l’Hospice, le sentier en cause est devenu sans utilité et n’est plus emprunté.

 

Aucune réclamation verbale ou écrite n’étant parvenue à l’Administration Communale de Houdeng-Aimeries suite à l’enquête de commodo et incommodo il fut proposé à la Députation permanente la suppression de cette partie du sentier n° 48.

 

5. Chemin de l’avenue Putsage à la Chapelle.

 

Aucune demande de suppression ne nous est connue bien que ce sentier soit mainte-

nant inaccessible, un propriétaire en a interdit l’accès.

 

6. Le sentier du carrefour de la rue de la Jobrette et de la rue Jeanne Haye.

 

Aboutissant à l’ancienne cantine de la Brasserie Putsage ce sentier est toujours accessible.

 

 7. Le sentier de la Chapelle à la rue Infante Isabelle.

 

En ce qui concerne le sentier partant de la Chapelle à la rue Infante Isabelle en traversant l’ancien chemin de fer particulier du Charbonnage du Bois-du-Luc (sentier n° 49) des demandes de suppression pour la partie du chemin de fer à la rue Infante Isabelle avaient déjà été introduites en 1890 (Conseil du 9 septembre) par les Etablissements Masquelier installés rue Infante Isabelle, en 1917 (Conseil du 26 octobre) par les Etablissements Roland et en 1932 (Conseil du 14 juillet) par les Etablissements Arthur Lucas mais ont été refusées par l’Administration Communale. La dernière de-mande à notre connaissance a été introduite par Emile Loth. Elle fut également refusée par l’Administration Communale de Houdeng-Aimeries. Le demandeur a cependant obtenu satisfaction après la fusion des communes.

19:15 Écrit par Petit Loup dans Hameau du Croquet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentier |  Facebook |

04/03/2007

Place Verte.

La place Verte, anciennement un Patis, était une terre inculte (friche, lande) communale sur lequel les habitants pouvaient faire paître leur bétail (plan Popp - B.162 - Art. 180).

 

Dès 1885 (Collège du 28 mai), nous trouvons cette place, ainsi que la ruelle la reliant à la place du Trieu et celle, aujourd’hui supprimée, la reliant à la rue du Stade (anciennement « rue Courte ») sous le nom de Caraco.

 

HG_SENTIER_DE_LA_PLACE_VERT

Le sentier de la Place Verte en 1955.

 

A partir de 1898, nous la trouvons à la fois sous le nom de « place Verte » et « place Caraco » (Collèges des 19 novembre 1898, 12 février 1899, 22 mai 1904 et 11 avril 1922) et ce n’est qu’à partir de 1927 (Collège du 17 mai) que la désignation de « place Verte » lui est attribuée définitivement.

 

C’est en 1952 (Collège du 12 mai) que le sentier n° 25 de la place Verte au nouveau stade communal a été supprimé pour pouvoir utiliser au maximum le terrain disponible.


Un Caraco est un vêtement de dessus en forme de camisole à taille, pour les femmes. Peut-être cette désignation a-t-elle été donnée à cette place en raison du dessin formé par la place et la ruelle, dessin qui rappelle la forme de cette chemise en caraco. Nous n’avons pas trouvé d’autre solution à cette dénomination.

19:15 Écrit par Petit Loup dans Rues V-W-X-Y-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toponymie, place, sentier |  Facebook |

03/03/2007

Rue Trieu Pauquet.

Située dans la rue du Trieu à Vallée, à gauche, juste avant l’école communale, la rue Trieu Pauquet nous permet de rejoindre la chaussée du Pont du Sart en passant par la rue des Coquelicots et la rue du Bois de l’Houpette.

 

L’Atlas des Chemins Vicinaux renseigne le sentier n° 20 sous le nom de « sentier Tripoquet ». Il ne fut établi véritablement en chemin sur toute sa longueur que lors de la construction de la cité sociale de l’Houpette.

 

En 1903 (Conseil du 20 novembre) et en 1923 (Conseil du 23 novembre), nous le trouvons sous la qualification de « sentier du Trieu Pauquet » et ce n’est qu’en 1933 (Conseil du 8 septembre) qu’il est question d’envisager la création d’une nouvelle rue reliant la rue de la Fonderie sur Houdeng-Aimeries au chemin de grande communication de Binche à Braine-le-Comte dit du « Trieu à Vallée ».

 

Le nom de Pauquet attribué à ce Trieu est très probablement soit le nom du personnage qui l’a essarté le premier, soit celui d‘un ancien propriétaire des terrains.

20:15 Écrit par Petit Loup dans Rues S-T-U | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sentier |  Facebook |

28/02/2007

Place Saint-Nicolas.

Dans le coin vide entre la rue Infante Isabelle (sur Houdeng-Aimeries) et la rue de la Salle aboutissait un long sentier venant, par sa branche principale de la Jobrette et par la chapelle Sainte Barbe jusqu’à l’aboutissement de cette pied-sente sur le grand carrefour, au point culminant, place de la répartition des directions, où s’élevaient autrefois deux arbres encadrant une chapelle dédiée à Saint-Nicolas. Le sentier fut déplacé plusieurs fois pour être reporté le long des anciens Ateliers Lucas (actuellement Matériaux Storez), et aboutir dans la rue Infante Isabelle, en face de la ferme dite du Bailli, propriété de feu Constant Monoyer, un petit-fils de l’authentique bailli des seigneurs d’Houdeng. Depuis la fermeture du charbonnage du Bois-du-Luc tous ces sentiers ont été supprimés et il ne subsiste que celui de la chapelle Saint-Barbe au départ de la rue du Croquet.

 

La chapelle Saint-Nicolas est disparue depuis de longues années. Elle est signalée entre deux arbres, au milieu du parcours, sur les plans dressés en 1660, par Gérard Sacré, auteur de la Panthographie de Houdeng et Goegnies.

 

A signaler encore qu’en ce large carrefour mitoyen se joignent cinq rues: la rue Saint-Nicolas, la rue Hector Ameye, la rue de la Gripagne, la rue Infante Isabelle et la rue de la Salle.

 

Saint Nicolas.

 

ST_NICOLAS~3Moine, natif d’Asie Mineure au IIIe siècle, abbé puis évêque de Myre, en Lycie (IVe siècle), saint Nicolas aurait été emprisonné sous Dioclétien, puis relâché.

 

Une tradition affirme qu’il aurait assisté au Concile de Nicée (325) qui condamna l’arianisme. Emprisonné lors de la persécution de Dioclétien, il aurait subit la torture puis, relâché, serait mort en 324 et enterré dans sa cathédrale.

 

Une légende s’est construite autour de sa réputation de thaumaturge et en a fait un des saints les plus populaires, en Orient comme en Occident. Il est le patron de la Russie, de la Grèce et de la Lorraine.

 

On fait mention à son sujet de nombreux faits merveilleux dont le plus connu est l’épisode de la résurrection de trois enfants qu’un aubergiste avait assassiné et mis au saloir. Il faut encore signaler les trois bourses d’or jetées par saint Nicolas pour éviter la prostitution dont trois jeunes filles sans dot étaient menacées par leur père. Il faut citer enfin le sauvetage de matelots pris dans une tempête et qui invoquèrent le saint.

 

Saint Nicolas est donc représenté avec un saloir et trois jeunes enfants et est invoqué pour leur protection et celle des marins.

 

En Allemagne, aux Pays-Bas, les enfants le considèrent comme le donateur des cadeaux de fin d’année. Sa fête est célébrée le 6 décembre.

18:08 Écrit par Petit Loup dans Rues S-T-U | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentier, chapelle, entreprises, ferme, biographie |  Facebook |