04/08/2009

La voirie du Pain-Blanc bouleversée

"Indépendance" - Jeudi 29 juin 1967. 

Le chemin du Trieu-à-Vallée, au bout du territoire de Goegnies, en abordant celui d'Houdeng-Airaeries, donc après la rivelette le Thiriau du Sart, - qui vient de la Chapelle bien connue - ce chemin (dit Pain Blanc), présente des courbes qu'il convient de ne pas franchir sans grande prudence. Une attention accrue doit maintenant être observée justement à la limite ci-avant évoquée: des travaux de creusements importants y sont en cours. 

En fait, accessoires des travaux d'autoroute, il s'agit du raccordement de la route en construction qui doit venir du "Pont du Roudgeot", contournement et dégagement du chemin du Trieu-à-Vallée qui doit abandonner son "Pont Brin d'Tchin" qui vient aboutir exactement à la limite des territoires houdino-goegnérois, ce qui implique un détournement des eaux de la rivelette, et la construction d'un nouveau ponceau, les eaux étant menées dans des modernes arceaux métalliques ("Arraco" en tôles d'acier ondulé). 

Il est prévu que plus tard, le nouveau chemin sera prolongé pour former la chaussée Binche - Braine. 

Dans l'entretemps, le passage par le vieux chemin est assez difficile, voire dangereux en raison des courbes rapprochées. 

Quant à l'histoire locale, et aux limites administratives, tout cela va subir des bouleversements: les traces du "Wez Djean du Gros" vont s'effacer, le "Pracolie" va se rétrécir (vieux nom qui venait du "Pré-à-Crolie" d'autrefois, et même la "Tchaffènerie" caillouteuse (vestige d'anciens puits de fosse superficielle) sera incluse dans des accotements remblayés. 

Heureuse solution dans ces bouleversements: au milieu de la section entre le "Pont Brin d'Tchin" et le nouveau carrefour de ce qui fut le cabaret (relais d'antant) du Mouni'n, un passage "piétonnier" accessible aux vélos, sera aménagé pour raccourcir les trajets pédestres des habitants et des enfants.

16:45 Écrit par Petit Loup dans Travaux publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voirie, pain-blanc |  Facebook |

12/03/2009

Les hameaux, les champs, les lieux-dits (suite)

Journal "Le Centre" - Lundi 11 janvier 1943.

CROQUET OU CAMBRY. 

On interprète "Croquet" par lieu humide. "Cambry" est purement celtique; il vient de "camber", arc, arche de pont, mot que reproduit le français "cambrer", tourner légèrement en forme d'arc. La configuration du sol aux alentours explique l'origine de cette dénomination locale. 

COUTURELLE. 

C'est-à-dire la petite couture ou culture ("cultura"). On appelait autrefois "culture" une portion de terre donnant en céréales un rendement de soixante muids. 

CRIPIAU. 

Ce lieu est situé sur une hauteur et doit son nom à cette circonstance, car le bas latin "cripa" signifie la rampe d'une colline. Comparez à "cripa" un autre terme de la basse latinité: "greppus", rocher, éminence, élévation du sol, et nos mots wallons "gripper", monter, gravir et "gripagne" berge élevée, petite colline. 

DIME. 

Nom d'une ancienne ferme morcelée, près de l'église de Houdeng-Goegnies. Elle appartenait à l'abbaye de Saint-Denis, qui y avait jadis une grange pour insérer les produits de la "dîme" locale. 

LAIT BEURRE. 

Nom d'un champ et d'un hameau à Houdeng-Goegnies. L'abbé Boniface, étymologiste du pays de Cambrai, croit que les dénominations de ce genre trouvent leur origine dans certaines redevances "en nature" fort anciennement dues par les occupants du sol, à l'église, au seigneur ou bien aux pauvres. Il faut sans doute expliquer de la même manière le nom de "Pain blanc" que porte un écart de Houdeng-Aimeries, ce mode d'interprétation est ingénieux et l'archéologue Jules Monoyer n'hésite pas à l'adopter pour les deux nominaux ci-dessus, bien qu'il n'ait trouvé nulle trace d'une redevance en pain blanc ou en lait-beurré à charge des endroits que ces nominaux désignent. 

LA LONGUEVILLE. 

C'est la magnifique rue que forme la chaussée de Soignies à Mariemont en traversant diamétralement Goegnies. Cette route a été construite à partir de 1773 et livrée à la circulation le 30 juin 1775. 

LA MALADRERIE. 

La lèpre, que l'on suppose venue d'orient après les croisades, a été le fléau du moyen-âge. Pour éviter la propagation de ce mal affreux, la prudence en faisait séquestrer les malheureuses victimes en des refuges ou hospices qui s'appelèrent des "maladreries". 

Quand plus tard la peste vint à son tour faire ces terribles visites qui coûtaient à l'Europe le quart de sa population, il s'éleva sur tous les points où sévissait l'épidémie des lazarets, qui disparurent avec la contagion. 

Quelqu' établissement de l'un ou l'autre genre s'installa sans doute temporairement sur le champ écarté auquel il a donné son nom, bien qu'on ne vît plus de trace extérieure en 1660; et ce qui corrobore la vérité du fait, c'est que des travaux de drainage exécutés sur la Maladrerie, dans les années 1875, ont mis à jour quantité d'ossements humains. 

PAIN-BLANC. 

Même signification que le Lait-Beurré décrit ci-dessus. 

PRES DE DESSOUS LA VILLE.

Ce sont les prés en dessous du "village" ou de la "villa". Voir Génival.

Les hameaux, les champs, les lieux-dits (suite)

Journal "Le Centre" - Lundi 11 janvier 1943.

CROQUET OU CAMBRY. 

On interprète "Croquet" par lieu humide. "Cambry" est purement celtique; il vient de "camber", arc, arche de pont, mot que reproduit le français "cambrer", tourner légèrement en forme d'arc. La configuration du sol aux alentours explique l'origine de cette dénomination locale. 

COUTURELLE. 

C'est-à-dire la petite couture ou culture ("cultura"). On appelait autrefois "culture" une portion de terre donnant en céréales un rendement de soixante muids. 

CRIPIAU. 

Ce lieu est situé sur une hauteur et doit son nom à cette circonstance, car le bas latin "cripa" signifie la rampe d'une colline. Comparez à "cripa" un autre terme de la basse latinité: "greppus", rocher, éminence, élévation du sol, et nos mots wallons "gripper", monter, gravir et "gripagne" berge élevée, petite colline. 

DIME. 

Nom d'une ancienne ferme morcelée, près de l'église de Houdeng-Goegnies. Elle appartenait à l'abbaye de Saint-Denis, qui y avait jadis une grange pour insérer les produits de la "dîme" locale. 

LAIT BEURRE. 

Nom d'un champ et d'un hameau à Houdeng-Goegnies. L'abbé Boniface, étymologiste du pays de Cambrai, croit que les dénominations de ce genre trouvent leur origine dans certaines redevances "en nature" fort anciennement dues par les occupants du sol, à l'église, au seigneur ou bien aux pauvres. Il faut sans doute expliquer de la même manière le nom de "Pain blanc" que porte un écart de Houdeng-Aimeries, ce mode d'interprétation est ingénieux et l'archéologue Jules Monoyer n'hésite pas à l'adopter pour les deux nominaux ci-dessus, bien qu'il n'ait trouvé nulle trace d'une redevance en pain blanc ou en lait-beurré à charge des endroits que ces nominaux désignent. 

LA LONGUEVILLE. 

C'est la magnifique rue que forme la chaussée de Soignies à Mariemont en traversant diamétralement Goegnies. Cette route a été construite à partir de 1773 et livrée à la circulation le 30 juin 1775. 

LA MALADRERIE. 

La lèpre, que l'on suppose venue d'orient après les croisades, a été le fléau du moyen-âge. Pour éviter la propagation de ce mal affreux, la prudence en faisait séquestrer les malheureuses victimes en des refuges ou hospices qui s'appelèrent des "maladreries". 

Quand plus tard la peste vint à son tour faire ces terribles visites qui coûtaient à l'Europe le quart de sa population, il s'éleva sur tous les points où sévissait l'épidémie des lazarets, qui disparurent avec la contagion. 

Quelqu' établissement de l'un ou l'autre genre s'installa sans doute temporairement sur le champ écarté auquel il a donné son nom, bien qu'on ne vît plus de trace extérieure en 1660; et ce qui corrobore la vérité du fait, c'est que des travaux de drainage exécutés sur la Maladrerie, dans les années 1875, ont mis à jour quantité d'ossements humains. 

PAIN-BLANC. 

Même signification que le Lait-Beurré décrit ci-dessus. 

PRES DE DESSOUS LA VILLE.

Ce sont les prés en dessous du "village" ou de la "villa". Voir Génival.

Les hameaux, les champs, les lieux-dits (suite)

Journal "Le Centre" - Lundi 11 janvier 1943.

CROQUET OU CAMBRY. 

On interprète "Croquet" par lieu humide. "Cambry" est purement celtique; il vient de "camber", arc, arche de pont, mot que reproduit le français "cambrer", tourner légèrement en forme d'arc. La configuration du sol aux alentours explique l'origine de cette dénomination locale. 

COUTURELLE. 

C'est-à-dire la petite couture ou culture ("cultura"). On appelait autrefois "culture" une portion de terre donnant en céréales un rendement de soixante muids. 

CRIPIAU. 

Ce lieu est situé sur une hauteur et doit son nom à cette circonstance, car le bas latin "cripa" signifie la rampe d'une colline. Comparez à "cripa" un autre terme de la basse latinité: "greppus", rocher, éminence, élévation du sol, et nos mots wallons "gripper", monter, gravir et "gripagne" berge élevée, petite colline. 

DIME. 

Nom d'une ancienne ferme morcelée, près de l'église de Houdeng-Goegnies. Elle appartenait à l'abbaye de Saint-Denis, qui y avait jadis une grange pour insérer les produits de la "dîme" locale. 

LAIT BEURRE. 

Nom d'un champ et d'un hameau à Houdeng-Goegnies. L'abbé Boniface, étymologiste du pays de Cambrai, croit que les dénominations de ce genre trouvent leur origine dans certaines redevances "en nature" fort anciennement dues par les occupants du sol, à l'église, au seigneur ou bien aux pauvres. Il faut sans doute expliquer de la même manière le nom de "Pain blanc" que porte un écart de Houdeng-Aimeries, ce mode d'interprétation est ingénieux et l'archéologue Jules Monoyer n'hésite pas à l'adopter pour les deux nominaux ci-dessus, bien qu'il n'ait trouvé nulle trace d'une redevance en pain blanc ou en lait-beurré à charge des endroits que ces nominaux désignent. 

LA LONGUEVILLE. 

C'est la magnifique rue que forme la chaussée de Soignies à Mariemont en traversant diamétralement Goegnies. Cette route a été construite à partir de 1773 et livrée à la circulation le 30 juin 1775. 

LA MALADRERIE. 

La lèpre, que l'on suppose venue d'orient après les croisades, a été le fléau du moyen-âge. Pour éviter la propagation de ce mal affreux, la prudence en faisait séquestrer les malheureuses victimes en des refuges ou hospices qui s'appelèrent des "maladreries". 

Quand plus tard la peste vint à son tour faire ces terribles visites qui coûtaient à l'Europe le quart de sa population, il s'éleva sur tous les points où sévissait l'épidémie des lazarets, qui disparurent avec la contagion. 

Quelqu' établissement de l'un ou l'autre genre s'installa sans doute temporairement sur le champ écarté auquel il a donné son nom, bien qu'on ne vît plus de trace extérieure en 1660; et ce qui corrobore la vérité du fait, c'est que des travaux de drainage exécutés sur la Maladrerie, dans les années 1875, ont mis à jour quantité d'ossements humains. 

PAIN-BLANC. 

Même signification que le Lait-Beurré décrit ci-dessus. 

PRES DE DESSOUS LA VILLE.

Ce sont les prés en dessous du "village" ou de la "villa". Voir Génival.