24/02/2007

Rue de la Poste.

L’Atlas des Chemins Vicinaux signale que ce chemin n° 11 qui part de la place de Goegnies jusqu’au carrefour de la rue de la Corderie s’appelait « ruelle des Soupirs ». Il serait également possible que le début de la rue, en légère déclivité, aurait été appelée, du temps des seigneurs, le « Rempart des Moines ».

 

Un plan de 1866 (Archives communales 4.1.5.(1)) nous montre l’implantation de cette rue avant la modernisation de la place de Goegnies et la construction de la nouvelle église. Le début de la rue, très large en cet endroit, commençait à gauche par l’entrée de l’ancienne église. Au carrefour de la rue Saint Donat se trouvait l’habitation de Louis-Alexandre Mauroy, notaire (1791-1852), qui fut bourgmestre libéral de 1830 à 1851.

 

C’est en 1888 (Conseil du 21 avril) que le chemin fut dénommé officiellement « rue de la Poste ».

 

C’est également dans cette rue, à gauche, juste à la limite de la « rue de la Corderie » que se tenaient en 1831 (Collège du 7 avril) les réunions des édiles communales. Ces réunions avaient lieu dans le grand salon du sieur Augustin Parmentier dit Le Poral, cabaretier à Goegnies Houdeng, une dépendance de l’ancienne ferme de La Tour.

Le Bureau des Postes.

 

Un bureau de perception (de 4e classe) des postes est établi à Houdeng-Goegnies, station du Centre, par Arrêté Royal du 27 mars 1872. Son ouverture a lieu le 15 avril suivant. Auparavant les deux Houdeng étaient desservis par la poste de La Louvière depuis 1851 et antérieurement encore par ceux du Roeulx (1846), de Binche ou de Soignies.

 

Par Arrêté Royal du 10 avril 1876 , le bureau des postes devient une station de perception de 3e classe puis, par Arrêté Royal du 30 juin 1882, il devient perception de 2e classe.

 

Lors Conseil du 15 avril 1883, il est question de transférer le bureau des Postes à proximité de la station du chemin de fer.

 

Lors du Conseil du 19 mai 1885, on s’interroge de savoir s’il y a lieu de rapprocher le bureau des Postes de la gare ou de le laisser à la place qu’il occupe? Attendu que la perception était établie au centre des communes des deux Houdeng, sur le territoire de Houdeng-Goegnies où elle a toujours existé, elle rendait le service des postes beaucoup plus facile et moins onéreux pour le public et pour tous les fonctionnaires y attachés.

 

Par décision du Conseil du 21 avril 1888, le chemin n° 11 devient « rue de la Poste » et, le 26 mai 1896, le bureau des Postes devient « Houdeng » au lieu de « Houdeng-Goegnies ».

 

Au vu de ces différents éléments, il semblerait que le bureau des Postes était établi au n° 27 (n° de maison) avant 1883.

 

Enfin, le 12 septembre 1965, le bureau est transféré dans des nouveaux locaux sur le terrain de l’ancienne maison du vicaire au n° 13 (n° actuel) de la même rue.

 

17:45 Écrit par Petit Loup dans Rues P-Q-R | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poste, notaire, ferme |  Facebook |

21/02/2007

Ruelle du Notaire.

Sentier n° 45 de l’Atlas des Chemins Vicinaux, cette ruelle fut dénommée « ruelle du Notaire » à partir de 1890, par dérivation « ruelle du Notariat » (Collège du 11 janvier 1927), mais aussi « ruelle Demaret » (Collège du 20 septembre 1960).

 

Pendant de nombreuses années ces appellations furent abandonnées et cette ruelle fut confondue avec la ruelle Hautier ; on ne reprit l’appellation de « ruelle du Notaire » que vers 1960.

 

Partant derrière l’église jusque la rue Léon Houtart (Coron La Haut) cette ruelle longe le parc de la propriété des notaires qui se sont succédés depuis la moitié du XIXe siècle.

 

François Joseph Descamps et ses successeurs.

 

C’est en 1855 que le notaire François Joseph Descamps (1804-1871) fit construire son château, sis Coron La Haut n°1, oeuvre de l’architecte Hubert de Binche (le même qui dessina la façade de l’ancien Hôtel de Ville de La Louvière).

 

Son fils, Adelson Descamps, né en 1839, lui succéda en 1868. En 1896, il déménagera à Ixelles et son beau-fils Léon Ghislain Norbert Ghilain, né en 1860 reprit la succession.

 

Il démissionna en 1928 et c’est son beau-fils Paul Louis Henri Demaret, né en 1897, qui assura la continuité du notariat.

 

Actuellement l’étude appartient à son beau-fils le Notaire Bricout.

20:15 Écrit par Petit Loup dans Rues M-N-O | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ruelle, notaire, biographie |  Facebook |