03/07/2009

La chaussée et la gendarmerie en 1913

05025_CHAUSSEE_1913 []

16:00 Écrit par Petit Loup dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chaussee |  Facebook |

02/07/2009

Passerelle pour piétons.

"Indépendance  -   Vendredi  2 février 1962. 

On demande une passerelle pour piétons au pont de la rue du cimetière. 

L'histoire du pont du Cimetière à Houdeng-Goegnies continue à faire couler beaucoup d'encre et est de nouveau à l'ordre du jour. Suite aux travaux de suppression du passage à niveau de La Louvière, le Ministre des Communications se propose de détourner la circulation par la rue du Cimetière à Houdeng. Le pont surplombant la ligne de chemin de fer Houdeng Braine-le-Comte n'a malheureusement que 4 mètres de large et est mis en travers de la route si bien qu'un piéton doit le franchir à moitié pour se rendre compte qu'aucune auto n'arrive de l'autre côté. De plus, il n'existe le moindre passage à l'usage des piétons et les risques d'accidents sont énormes. 

L'Administration communale de Houdeng-Goegnies a pris la décision, elle, d'interdire le détournement prévu si l'on ne procède pas de suite à la création d'une passerelle définitive en béton à coller au pont susdit pour permettre aux piétons de passer et demande 'également une signalisation lumineuse. Si ces choses ne se réalisent pas, nous ont dit les édiles communales, l'administration s'opposera par tous les moyens au passage des véhicules. 

Et nous apprenions une autre nouvelle importante au sujet de la suppression du passage à niveau d'Houdeng: c'est que ce dernier sera remplacé par un tunnel à peu près identique à celui qui sera creusé sous peu à La Louvière mais un peu plus droit. Ainsi vient d'en décider le Ministre des Travaux publics M. J.J. Merlot, qui tient à conserver la ligne de chemin de fer Haine-Saint-Pierre - Houdeng - Braine-le-Comte. 

Voilà ce que nous ont dit ces administrateurs communaux qui réclament une passerelle non provisoire mais définitive pour le pont du cimetière lequel d'ailleurs est fêlé à certains endroits et ne répond pas aux besoins d'une circulation intense. 

A. Acou.

16:15 Écrit par Petit Loup dans Travaux publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passerelle |  Facebook |

01/07/2009

La chaussée

05013_CHAUSSEE []

16:00 Écrit par Petit Loup dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chaussee |  Facebook |

30/06/2009

Après l'incendie du cinéma ABC à Houdeng-Goegnies

"Indépendance"  - Jeudi   7 décembre 1950.

Nous avons relaté dans notre édition d'hier le violent incendie qui, en 30 minutes, a ravagé la salle du cinéma A.B.C. à Houdeng-Goegnies anéantissant le fruit de longs mois d'efforts et de labeur personnel du propriétaire M. Jean Fournier, boucher, domicilié chaussée P. Houtart, 207. 

Le feu, qui semble avoir été provoqué par une combustion gazeuse (il y a eu explosion disent des voisins) prit naissance dans les décors scéniques vers 19 h. 25 et lécha avec une rapidité étonnante l'ensemble des murs et le plafond de la salle, revêtus de célotex. 

De cette splendide salle, décorée avec l'art d'une technique moderne, longue de 32 mètres et large de 10 mètres, il ne reste maintenant plus que des murs noircis par la fumée.

Les dégâts résultant du sinistre peuvent être évalués à 500 ou 600.000 frs. 

Le corps d'habitation, comprenant le hall d'entrée, la salle de café et la maison du gérant, qui fait front à la chaussée P. Houtart n'ont heureusement pas souffert du feu; pas plus d'ailleurs que les habitations contiguës. 

UNE MALCHANCE TENACE. 

La malchance s'acharne décidément sur les salles de cinéma goegnéroises. 

En effet, en 1942, un incendie ravageait le cinéma Splendid chaussée P. Houtart (ancien salon Staumont) et le réduisait en cendres. 

En 1943, une autre salle de cinéma "L'Elyana Palace", situé rue Léon Houtart, (ancien Casino) était également la proie des flammes et voici maintenant l' A.B.C. qui devait ouvrir ses portes le 16 décembre qui flambe à son tour. 

Le cinéma Splendid se réinstalla dans un autre immeuble, même chaussée, anciennement le Salon Damien; l'Elyana Palace ne rouvrit plus. 

Mais l' A.B.C. sera reconstruit et son propriétaire, avec son cran habituel, ne boudera pas à la tâche. Nous lui souhaitons bon courage et meilleure chance. 

Ironie du sort: "L'A.B.C." est construit sur l'emplacement d'une ancienne fabrique de noir de fumée, qu'exploitait la famille Delattre (les anciens se souviennent de Fernand du marchand de noir). L' A.B.C. longe d'ailleurs la ruelle dite du "Marchand de noir". 

Aujourd'hui les murs de l'A.B.C. sont recouverts aussi de "noir de fumée" mais c'est l'incendie qui les endeuille. 

C. 42.

16:15 Écrit par Petit Loup dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : incendie |  Facebook |

29/06/2009

La chaussée et la Maison du Peuple

05011_CHAUSSEE []

16:00 Écrit par Petit Loup dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maison, peuple, chaussee |  Facebook |

28/06/2009

Une salle de cinéma ravagée par un incendie à Houdeng-Goegnies

"Le Centre" - Mardi 4 août 1942.  

Le tocsin a retenti dans la nuit de dimanche à lundi, à Houdeng-Goegnies. 

Un incendie d'une rare violence a ravagé, de fond en comble, le cinéma dénommé le "Splendid" exploité par M. Gaston Staumont, et situé à front de la chaussée Houtart, à Houdeng-Goegnies. 

Les dégâts sont évalués à plusieurs centaines de milliers de francs. 

Voici des détails au sujet de ce grave sinistre, qui a fait les frais de toutes les conversations dans la région. 

Le cinéma "Splendid" géré par M Staumont, et la propriété de M. Marcq Ronneau demeurant chaussée Houtart, à Houdeng-Goegnies. 

La salle de projection est située dans le prolongement, vers l'arrière, du corps d'habitation, où un café a été également aménagé. 

Meublé avec goût et confort, cette salle contenait environ 400 places assises, et couvrait une superficie d'une trentaine de mètres de long sur dix mètres de large. 

Comme elle le fait chaque dimanche, Mme Staumont, à l'issue de la dernière représentation, avait entrepris le nettoyage de son cinéma et de son café. 

Ce travail commencé vers 10 h. 30, dura jusque vers 11 h. 15. L'exploitante ne constata rien d'anormal. 

Les occupants se trouvaient donc au lit quand l'alerte fut donnée vers 1 heure 15. 

AU FEU ! 

Mr et Me Staumont furent arrachés de leur sommeil par des cris a feu ! Au feu !". C'était Mme Marie Nachtergael, une voisine, qui ameutait le quartier et les exploitants, qui furent rapidement sur pied et descendirent au rez-de-chaussée, pour s'entendre dire par cette personne: "Ne vous épouvantez pas, le feu est dans votre salon !" 

On devine l'effroi des locataires de la salle quand se dirigeant affolés, vers une fenêtre donnant sur l'arrière, ils aperçurent, s'élevant vers le ciel, de gigantesques panaches de fumée opaques s'échappant, en remous tumultueux, de la toiture. 

Presque au même instant, un vacarme se fit entendre et mit tout le monde en émoi.

C'était la toiture du cinéma qui s'effondrait dans un fracas indescriptible. Des flammes apparurent, se mêlèrent à la fumée, et lancèrent dans le ciel des lueurs fauves accompagnées de gerbes d'étincelles. Il fallut renoncer à approcher le brasier, qui illuminait sinistrement le décor. 

LE COMBAT CONTRE LE FEU. 

En un clin d'oeil, tout le voisinage était descendu dans la rue et des voisins courageux entamèrent le combat contre le feu, tandis que les services d'incendie d' Houdeng et de   La Louvière étaient avertis. 

Les premiers sauveteurs tentèrent vainement d'arroser le feu dévorant. 

Peine perdue ! le sinistre fut bientôt inapprochable et il fallut se borner "à préserver les habitations voisines qui ceinturent le cinéma et qui se trouvaient sérieusement en danger. 

Vers 2 heures les pompiers de Houdeng étaient sur les lieux et plusieurs lances étaient mises en action, tandis que des sauveteurs, grimpés sur des toits voisins et armés de haches, se livraient aux destructions indispensables afin de circonscrire le foyer qui faisait rage.

Vers 3 h. 15, le service d'incendie de La Louvière vint également prêter main-forte. Un matériel perfectionné fut mis en batterie pour préserver les maisons contiguës.

Après plusieurs heures de courageux efforts, les sauveteurs étaient maîtres du feu, après avoir déversé des torrents d'eau. 

Tout danger de propagation était écarté tandis qu'achevait de se consumer le mobilier et les charpentes. 

Vers 4 heures, le sinistre était complètement maîtrisé. Il ne restait plus que des foyers peu violents qu'on continuait à arroser pour prévenir tout réveil fâcheux. 

VISION CHAOTIQUE. 

Il faut renoncer à décrire les lieux après le sinistre. 

De la salle, il ne reste plus qu'un amas fumant de débris informes, calcinés et fumants. Seuls les quatre murs sont restés debout, mais menacent de s'écrouler. Au centre ce n'est plus qu'un amas de décombres chaotiques. C'est un pêle-mêle de poutrelles, de maçonnerie effondrée, de ferrailles tordues dont on ne pourra rien récupérer. 

C'est assez dire que les dégâts sont très importants. Il serait malaisé de les évaluer de prime abord. 

L'élément déchaîné a causé des ravages qu'on doit estimer vaguement à plusieurs centaines de milliers de francs, qui sont couverts par l'assurance.

La police du district 5 du Grand La Louvière, aidée de la gendarmerie de Houdeng, se sont trouvées sur les lieux dès la première heure. Tout en assurant le service d'ordre, les policiers ont recueilli les éléments indispensables pour l'enquête ouverte en vue de déterminer les causes de ce violent incendie. Jusqu'à présent, ces causes n'ont pu être définies avec exactitude. 

J. Lucq.

 

16:15 Écrit par Petit Loup dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : incendie |  Facebook |

27/06/2009

Place Albert Ier

078HG_PLACE_ALBERT_IER []

16:45 Écrit par Petit Loup dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : place |  Facebook |