26/07/2009

Les travaux spectaculaires de l'autoroute de Wallonie.

"Indépendance" Jeudi 26 août 1965. 

Ouverts en somme depuis des années, et à grands renforts de drapeaux, de tribunes, discours, les chantiers de la double autoroute ont paru peu réalisateurs: on travaillait, on voyait des files d'énormes camions, des bulldozers jaunes... mais comme tout cela se passait à l'écart des agglomérations, sans grands moyens d'approche, le spectateur occasionnel ne constatait pas de progrès marquants; et puis ' les travaux préparatoires, dans tout chantier, semblent toujours lents... 

A LA SORTIE D'HOUDENG-AIMERIES VERS LE ROEULX. 

Cette fois le trafic de la "Nationale 55" subit des restrictions frappantes au lieu dit "Le Lièvre Courant", à quelque deux cents mètres au-delà du cimetière d'Houdeng-Aimeries: une voierie de déviation y est réalisée à droite (direction Le Roeulx) avec des panneaux impératifs: défense de dépasser la vitesse de 20 km... 

Ce détour passe en "déblai, et à son début il est enjambé par la construction d'un "pont de service"; une travée surmonte déjà la déviation, et quand ce pont sera terminé il servira -temporairement - à l'incessant passage de lourds camions de terres, schistes, etc... et le croisement à niveau de ces camions avec le trafic de la chaussée ne présentera plus ni entrave ni danger. 

Rappelons que les plans prévoient en cet endroit que la chaussée (Nationale 55) passera sur un pont d'une belle longueur, la double autoroute étant prévue, elle, en passage inférieur, avec de part et d'autre, quatre accès ou sorties en rampes douces et formant trapèze: double autoroute, répétons-nous puisque se confondent en cette section l'autoroute de Wallonie, et la future (quand?) autoroute Bruxelles-Paris; cette section double autoroute s'étend depuis la Chapelle du Bois et ville-sur-Haine, et les divisions en routes séparées imposent à ces extrémités des travaux peu courants. 

CARREFOUR A LA CHAPELLE DU BOIS. 

En raison du fait que cette section commune se divise au nord-est, au droit de la séculaire chapelle du Bois, le chantier au coeur des populaires Bois d'Houdeng prend une largeur telle que beaucoup de promeneurs dominicaux s'en étonnent. Et s'en étonnent d'autant plus que, comme la section venant de Bois d'Haine (et la bretelle de La Louvière) doit passer au-dessus de la section de Bruxelles, des tremplins énormes de terres rapportées montent on dirait vers la cime des arbres du bois! 

Et ce qui impressionne davantage actuellement c'est le spectacle dans la vallée encore provisoirement ouverte de la rivelette le Thiriau du Sart, qui traverse les bois, et marque la limite entre Houdeng-Goegnies (côté Home-château Nicaise et ex-villa des Oiseaux) et Houdeng-Aimeries, côté de la Chapelle. Or donc, la double autoroute devait franchir cette rivelette, il a été creusé pour son écoulement un nouveau lit, et quel lit! C'est une tranchée rectiligne dans laquelle on pose un long-long tunnel formé par l'assemblage de gros tuyaux en métal ondulé, tuyaux apportés sur place en demi-cintres, assemblés sur place, puis placés, calés, nivelés sur un lit de sable; un ver de terre cyclopéen, qui pousse sa tête là-bas au pied de la chapelle et une saisissante rampe de lancement de missiles ? 

Quant au trafic de camions qui traverse le chemin du Trieu-à-Vallée à proximité du folklorique "Pont Br... d'Tchin", il constitue bien souvent un cauchemar pour les riverains non (ou pas encore?) expropriés; nuages de poussières par temps sec, boues surabondantes par temps de pluie; et si l'on veut y étudier la géographie, il suffit de lire les noms des... ports d'attaches des camions bleus, rouges, gris, verts, qui foncent: Maurage et Vottem, Houdeng et Vlierzele, Mons et Tubize, Hornu et Esneux, Chièvres et Ombret, Naast et Saint-Gérard,... la plupart marqués de ce sigle dont on a parlé ï Uti-Ovu pour Union des Transports Indépendants, Onafhankelijk Vervoerders Unie.

AU CHEMIN DE FAMILLEUREUX. 

Au débouché du "Bois Royal" de La Louvière en atteignant par le chemin de Familleureux, la fin du bois à l'arrivée sur le territoire de Houdeng-Goegnies, le trafic venant de Familleureux est détourné par une voirie toute neuve, égouttée, et qui subsistera pour la desserte des habitants des Bois sur Houdeng-Goegnies et sur Houdeng-Airaeries. 

Le chemin venant du Bois de la Hutte, encore ouvert, sera coupé par l'autoroute quand sera construit le pont qui, en suivant le tracé conservé du chemin de Familleureux, franchira l'autoroute par un saut de quelque quarante-cinq mètres, et de quelque soixante mètres de longueur, le niveau normal étant repris au carrefour où subsiste la très vieille chapelette de pierre dédiée à une certaine N.-D. de la Sallette (qui n'a... disaient nos vieux descriptifs). 

Les habitants défavorisés ce seront donc ceux de la partie mitoyenne des bois, pour atteindre le chemin de Familleureux, et encore parce que vers le carrefour dit du "Repos des Chasseurs"", une nouvelle déviation devra se faire sous la future autoroute de Bruxelles. 

PROBLEMES SUR BRACQUEGNIES. 

On sait qu'un important parc industriel est prévu tout au long de l'autoroute, côté sud, entre la chaussée d'Houdeng-Airmries d'une part, et Coron de Thieu-Hameau de Savoie, d'autre part; désirant étendre ce zoning sans interruption, il est proposé de supprimer une section du "Pavé du Roeulx", qui devait franchir l'autoroute sur un pont important, non loin du "Pré à l'Flache" et du "Chignon Toûilli". En attendant une acceptation définitive, l'entreprise a stoppé ses profonds creusements (7 à 9 m.) de part et d'autre de ce Pavé de Liaison Bracquegnies - Le Roeulx: d'où ces énormes "carrières" de part et d'autre, où semblent s'enliser des grues car les eaux abondantes y créent de véritables étangs. 

AU BOIS DE L'AULNOIS, HOUDENG-AIMERIES. 

De la chaussée, ou Nationale 55, à la limite d'Houdeng-Airmries, l'antique chemin de l'Aulnois, d'abord mitoyen avec une pointe bracquegnéroise, traverse, ou traversait le Bois de l'Aulnois, pour atteindre encore sur Houdeng-Aimeries, le carrefour du Pain-Blanc, où passe la rue de Braine. Les formidables remblais pour l'autoroute ont, pour un temps, obstrué ce chemin dans le bois. 

Mais actuellement, à grands coups de pelles mécaniques et de grues géantes, on creuse un nouveau tracé pour ce chemin, de façon à le faire glisser sous les talus de l'autoroute; cela se fera plus ou moins en parallèle avec le lit du Thiriau du Sart qui revient des bois, et qui sera, là aussi, fourré dans un long tunnel métallique dont les éléments brillent au soleil sur les terres rapportées. 

A noter que ce tracé nouveau de l'Aulnois serait destiné à constituer une section de la route projetée pour... plus tard, qui reliera Binche à la chaussée de Houdeng-Aimeries près du Pont-du-Sart, donc à très proche distance du nœud d'autoroutes, et qui est prévue pour aller reprendre la direction de Braine-le-Comte, par l'antique rue de Braine, comme dans les autrefois. 

Ainsi donc, tous les environs de l'échangeur du Lièvre Courant, accès à la Nationale 55 aux limites du Roeulx et d'Houdeng-Aimeries, - avec une pointe de territoire bracquegnérois, - sont sur le point de constituer une zone étendue de nœuds routiers, avec des voies modernes vers divers centres, les uns lointains, les autres plus proches; et l'on comprend que, vu la configuration tourmentée des sites, avec rivières, buttes, traversées, les travaux s'y révèlent longs dans leurs préparatifs, puis spectaculaires dans leurs réalisations. Maintenant que l'on "commence à y voir clair", les promeneurs et curieux, les commentateurs et chercheurs y viennent puiser de nombreux sujets de conversation et d'étonnement. 

E. L. D.

16:45 Écrit par Petit Loup dans Travaux publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autoroute |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.