22/07/2009

Le double autoroute aux Houdeng.

"Indépendance" - Vendredi 13 novembre 1964.

  A travers champs et bois, monts et vallées. 

Le chantier spectaculaire centré sur la chaussée Houdeng - Le Roeulx aux abords du lieudit "Le Lièvre courant", n'apparaît pas changer de beaucoup en ces jours-ci, du moins aux yeux des non avertis. 

Cependant les divers aménagements, certains souterrains (conduites de transport de gaz à longue distance, égouttage, câbles,...) s'y achèvent; et des bouleversements gigantesques ont modifié les horizons de part et d'autre: vers les campagnes de Bracquegnies-Haut, et dans le Bois de l'Aulnois sur Houdeng-Aimeries. 

Vers Bracquegnies, ce qui était "le pré à l'flâche", paradoxalement en culminance parce que gardé humide par un sous-sol d'argiles plastiques, a disparu, ainsi que son arbre isolé; sur ces larges espaces qui formaient des emblavures fertiles, des routes provisoires sont tracées pour le charroi de service, et de leur butte qui serait réduite, on distingue aisément la large coulée de l'autoroute vers Thieu et ville-sur-Haine, franchissant les ponts,-et offrant sa large voirie pour les derniers revêtements.

DERRIERE LE CIMETIERE D'HOUDENG-AIMERIES. 

Vers le nord-est, la tranquillité proverbiale des nécropoles est magistralement troublée par les bulldozers et les camions qui parcourent les espaces qu'exige l'assiette de l'autoroute, et sur lesquels se dressaient encore naguère les dizaines d'arbres majeurs. 

A la sortie du Bois de l'Aulnois, une sorte de drame cadastro-administratif se joue. En effet la rivelette bien connue du Thiriau-du-Sart y fait de tout temps la limite entre Houdeng-Aimeries et Goegnies, et son petit pont, au bas du chemin du Sart (dit du... Sourd), le Pont des Charbonniers est lui-même mitoyen, or les derniers plans acceptés en haut lieu prévoient que cette rivelette sera poussée hors de son lit séculaire; son cours sera reporté à quelque cent mètres sur le territoire goegnérois, pour pouvoir réaliser, sous les hauts remblais (10 à 12 mètres) de l'autoroute, un passage en tunnel, plus court parce que perpendiculaire à la route. A noter que le creusement de ce nouveau lit du Thiriau-du-Sart est commencé, et que se sont amoncelés en réserve de gros tas de terre arable, qui  sera plus tard répartie sur les importants épaulements de l'autoroute, qui devront être ensemencés. 

Et au fond de cette vallée fortement marquée, la fermette dite autrefois "du sourd Meuter", et récemment du "Grand Dri" et qui étalait ses anciens bâtiments en retrait du chemin, a disparu pour ne laisser qu'un tas de décombres, briques et mortier gris-clair... 

DU TRIEU-A-VALLEE A LA CHAPELLE. 

Une partie des rails de l'ancien chemin de fer vers Le Roeulx ont été enlevés, mais le sort du populaire Pont "Brin d'Tchi'n" est encore incertain: il est probable qu'il disparaîtra, mais les grands projets de l'I.D.E.A. vers le Lièvre Courant pourraient bien nécessiter la relance de cette voie ferrée, du moins sur une partie de son trajet.

Quant au franchissement du chemin du Trieu-à-vallée par l'autoroute, elle se réalisera mais suivant des plans qui sont retournés pour des examens dans les hautes sphères des Travaux Publics: c'est un problème! 

Dans le bois, sur la partie gauche du Thiriau-du-sart, donc goegnéroise, de larges éclaircies ont été effectuées, des centaines de gros arbres abattus, le taillis mis en tas et brûlé: jour après jour des nuages de lourdes fumées noires ont intrigué les habitants moins proches. 

En ce qui concerne la séculaire chapelle, rive droite, donc sur Houdeng-Aimeries, elle s'en tire intacte, parce que, à sa hauteur, la double autoroute s'incurve pour donner naissance à l'autoroute vers Bruxelles d'une part, et aux deux bandes de l'autoroute de Wallonie. 

Ces travaux cyclopéens bouleversent des sites séculaires, et attirent, malgré le temps, de nombreux spectateurs-promeneurs. 

E.L.D.

16:30 Écrit par Petit Loup dans Travaux publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autoroute |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.