30/06/2009

Après l'incendie du cinéma ABC à Houdeng-Goegnies

"Indépendance"  - Jeudi   7 décembre 1950.

Nous avons relaté dans notre édition d'hier le violent incendie qui, en 30 minutes, a ravagé la salle du cinéma A.B.C. à Houdeng-Goegnies anéantissant le fruit de longs mois d'efforts et de labeur personnel du propriétaire M. Jean Fournier, boucher, domicilié chaussée P. Houtart, 207. 

Le feu, qui semble avoir été provoqué par une combustion gazeuse (il y a eu explosion disent des voisins) prit naissance dans les décors scéniques vers 19 h. 25 et lécha avec une rapidité étonnante l'ensemble des murs et le plafond de la salle, revêtus de célotex. 

De cette splendide salle, décorée avec l'art d'une technique moderne, longue de 32 mètres et large de 10 mètres, il ne reste maintenant plus que des murs noircis par la fumée.

Les dégâts résultant du sinistre peuvent être évalués à 500 ou 600.000 frs. 

Le corps d'habitation, comprenant le hall d'entrée, la salle de café et la maison du gérant, qui fait front à la chaussée P. Houtart n'ont heureusement pas souffert du feu; pas plus d'ailleurs que les habitations contiguës. 

UNE MALCHANCE TENACE. 

La malchance s'acharne décidément sur les salles de cinéma goegnéroises. 

En effet, en 1942, un incendie ravageait le cinéma Splendid chaussée P. Houtart (ancien salon Staumont) et le réduisait en cendres. 

En 1943, une autre salle de cinéma "L'Elyana Palace", situé rue Léon Houtart, (ancien Casino) était également la proie des flammes et voici maintenant l' A.B.C. qui devait ouvrir ses portes le 16 décembre qui flambe à son tour. 

Le cinéma Splendid se réinstalla dans un autre immeuble, même chaussée, anciennement le Salon Damien; l'Elyana Palace ne rouvrit plus. 

Mais l' A.B.C. sera reconstruit et son propriétaire, avec son cran habituel, ne boudera pas à la tâche. Nous lui souhaitons bon courage et meilleure chance. 

Ironie du sort: "L'A.B.C." est construit sur l'emplacement d'une ancienne fabrique de noir de fumée, qu'exploitait la famille Delattre (les anciens se souviennent de Fernand du marchand de noir). L' A.B.C. longe d'ailleurs la ruelle dite du "Marchand de noir". 

Aujourd'hui les murs de l'A.B.C. sont recouverts aussi de "noir de fumée" mais c'est l'incendie qui les endeuille. 

C. 42.

16:15 Écrit par Petit Loup dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : incendie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.