28/06/2009

Une salle de cinéma ravagée par un incendie à Houdeng-Goegnies

"Le Centre" - Mardi 4 août 1942.  

Le tocsin a retenti dans la nuit de dimanche à lundi, à Houdeng-Goegnies. 

Un incendie d'une rare violence a ravagé, de fond en comble, le cinéma dénommé le "Splendid" exploité par M. Gaston Staumont, et situé à front de la chaussée Houtart, à Houdeng-Goegnies. 

Les dégâts sont évalués à plusieurs centaines de milliers de francs. 

Voici des détails au sujet de ce grave sinistre, qui a fait les frais de toutes les conversations dans la région. 

Le cinéma "Splendid" géré par M Staumont, et la propriété de M. Marcq Ronneau demeurant chaussée Houtart, à Houdeng-Goegnies. 

La salle de projection est située dans le prolongement, vers l'arrière, du corps d'habitation, où un café a été également aménagé. 

Meublé avec goût et confort, cette salle contenait environ 400 places assises, et couvrait une superficie d'une trentaine de mètres de long sur dix mètres de large. 

Comme elle le fait chaque dimanche, Mme Staumont, à l'issue de la dernière représentation, avait entrepris le nettoyage de son cinéma et de son café. 

Ce travail commencé vers 10 h. 30, dura jusque vers 11 h. 15. L'exploitante ne constata rien d'anormal. 

Les occupants se trouvaient donc au lit quand l'alerte fut donnée vers 1 heure 15. 

AU FEU ! 

Mr et Me Staumont furent arrachés de leur sommeil par des cris a feu ! Au feu !". C'était Mme Marie Nachtergael, une voisine, qui ameutait le quartier et les exploitants, qui furent rapidement sur pied et descendirent au rez-de-chaussée, pour s'entendre dire par cette personne: "Ne vous épouvantez pas, le feu est dans votre salon !" 

On devine l'effroi des locataires de la salle quand se dirigeant affolés, vers une fenêtre donnant sur l'arrière, ils aperçurent, s'élevant vers le ciel, de gigantesques panaches de fumée opaques s'échappant, en remous tumultueux, de la toiture. 

Presque au même instant, un vacarme se fit entendre et mit tout le monde en émoi.

C'était la toiture du cinéma qui s'effondrait dans un fracas indescriptible. Des flammes apparurent, se mêlèrent à la fumée, et lancèrent dans le ciel des lueurs fauves accompagnées de gerbes d'étincelles. Il fallut renoncer à approcher le brasier, qui illuminait sinistrement le décor. 

LE COMBAT CONTRE LE FEU. 

En un clin d'oeil, tout le voisinage était descendu dans la rue et des voisins courageux entamèrent le combat contre le feu, tandis que les services d'incendie d' Houdeng et de   La Louvière étaient avertis. 

Les premiers sauveteurs tentèrent vainement d'arroser le feu dévorant. 

Peine perdue ! le sinistre fut bientôt inapprochable et il fallut se borner "à préserver les habitations voisines qui ceinturent le cinéma et qui se trouvaient sérieusement en danger. 

Vers 2 heures les pompiers de Houdeng étaient sur les lieux et plusieurs lances étaient mises en action, tandis que des sauveteurs, grimpés sur des toits voisins et armés de haches, se livraient aux destructions indispensables afin de circonscrire le foyer qui faisait rage.

Vers 3 h. 15, le service d'incendie de La Louvière vint également prêter main-forte. Un matériel perfectionné fut mis en batterie pour préserver les maisons contiguës.

Après plusieurs heures de courageux efforts, les sauveteurs étaient maîtres du feu, après avoir déversé des torrents d'eau. 

Tout danger de propagation était écarté tandis qu'achevait de se consumer le mobilier et les charpentes. 

Vers 4 heures, le sinistre était complètement maîtrisé. Il ne restait plus que des foyers peu violents qu'on continuait à arroser pour prévenir tout réveil fâcheux. 

VISION CHAOTIQUE. 

Il faut renoncer à décrire les lieux après le sinistre. 

De la salle, il ne reste plus qu'un amas fumant de débris informes, calcinés et fumants. Seuls les quatre murs sont restés debout, mais menacent de s'écrouler. Au centre ce n'est plus qu'un amas de décombres chaotiques. C'est un pêle-mêle de poutrelles, de maçonnerie effondrée, de ferrailles tordues dont on ne pourra rien récupérer. 

C'est assez dire que les dégâts sont très importants. Il serait malaisé de les évaluer de prime abord. 

L'élément déchaîné a causé des ravages qu'on doit estimer vaguement à plusieurs centaines de milliers de francs, qui sont couverts par l'assurance.

La police du district 5 du Grand La Louvière, aidée de la gendarmerie de Houdeng, se sont trouvées sur les lieux dès la première heure. Tout en assurant le service d'ordre, les policiers ont recueilli les éléments indispensables pour l'enquête ouverte en vue de déterminer les causes de ce violent incendie. Jusqu'à présent, ces causes n'ont pu être définies avec exactitude. 

J. Lucq.

 

16:15 Écrit par Petit Loup dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : incendie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.