16/06/2009

Le tourisme à bon marché.

"Le Centre" 26-27 juillet 1941.

 Houdeng-Goegnies, Houdeng-Aimeries, Château d'Houdeng. 

La promenade que nous allons découvrir est très peu connue. Elle s'accomplit dans une région agricole parsemée de fermes nombreuses. Au cours d'une après-midi, l'air pénétrera à profusion dans les poumons du promeneur, qui reviendra enchanté d'avoir sillonné les vieilles routes, que l'on croit lointaines et fatigantes mais qui, cependant, procurent aux flâneurs un délassement sain et bienfaisant. 

Prendre le tram jusque Houdeng-Goegnies (arrêt de la rue Léon Houtart). Poursuivre la route jusqu'à la Tombelle. Sitôt la première rue dépassée, à droite la chaussée est à cheval sur Houdeng-Aimeries à gauche et sur Houdeng-Goegnies à droite. 

On atteint la butte de la "Tombelle". Le chemin forme une partie de la route d'Ecaussinnes à Binche. Le nom de Tombelle (second chemin à gauche, en quittant l'arrêt du tram) remonte à une lointaine période, probablement germanique; une "tombelle" ou "thumbelle" était un tumulus, tombeau d'un seigneur germain. Cette tombe existe encore; en descendant le chemin de quelques cents mètres, on l'aperçoit surmontée d'un calvaire qui aura probablement remplacé, lors de l'introduction du christianisme, les emblèmes païens. 

Pour notre promenade, il ne faut pas suivre le chemin de la Tombelle, mais se diriger vers celui d'en face, du côté du "Trieu-à-Vallée".

"Trieu" désigne un endroit en friche appartenant à la communauté. "Trieu-à-Vallée" était donc un terrain impropre à la culture, à cause de l'eau qui s'amassait dans la vallée. Les anciennes cartes relatent, en effet, des étangs et des marécages à cet endroit. 

Dépassons les écoles, le bois sur la droite, proche, des campagnes à perdre de vue, à gauche, qui atteignent l'orée de bois bleuâtres. 

Le chemin, en descente, forme plusieurs lacets. Nous voici en plein hameau du "Pain Blanc". Ce nom tire sa signification de la nature, de la rente que les manants devaient à leur seigneur. 

De Houdeng-Goegnies, nous arrivons sur la commune soeur: Houdeng-Aimeries.

Une montée avec des champs de chaque côté, des arbres, des fermes, puis une descente. C'est le bois de Mignault. Lentement nous le traversons pour humer l'air pur et vivifiant. Le bois dépassé, c'est la campagne merveilleuse; on arrive au reposant village de Mignault. 

En sortant de l'église, admirons à nouveau les environs. A gauche, des champs, des terres à perte de vue, bordées au Sud-Ouest de bois. A droite, quelques fermes viennent seules rompre l'uniformité du décor qui n'est pas sans une poésie toute caractéristique. 

Poursuivons notre promenade. Prenons le chemin à droite, jusqu'à la première route à droite, longeons sur une certaine distance la voie ferrée Houdeng - Bruxelles. Suivons cette route, toujours poussiéreuse en été, et le chemin à gauche, qui précède les barrières à l'orée du bois, conduit la promenade au château d'Houdeng. 

On aperçoit celui-ci de loin, entouré de vieux arbres noueux, pour la plupart de hauts châtaigniers. Le château date de la domination espagnole. Des armoiries se voyaient sur les piliers du grillage. Des dépendances de fermes et communs se trouvent à gauche. Derrière, une vaste prairie se limitait au bois. 

Le château transformé en ferme pendant longtemps, abandonné, puis repris, a été acheté par un châtelain, qui en fait une résidence d'été. 

Un sentier, en face du château traverse les champs dans la direction du bois. On suit cette route qui traverse le hameau dit du Lait-Beurré, qui comme le Pain-Blanc, tire son nom de la redevance des manants au seigneur. On traverse le pont de chemin de fer. Sur la droite, le cimetière de Houdeng-Goegnies. On gagne ainsi la place des Trieux, où l'on retrouve la chaussée, à son point de départ. Un tram rapide vous ramène chez vous. Le promeneur reviendra avec une provision d'air et un grand appétit, en même temps qu'un grand désir de repos pendant lequel il méditera sur les jolis coins entrevus.

15:00 Écrit par Petit Loup dans Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour ce billet, ça donne vraiment envie de partir à al découverte de ce lieu hors du temps.

Écrit par : grand hotel du lagon | 11/08/2013

Les commentaires sont fermés.