10/05/2009

L'église, les chapelles

"Le Centre" - 24 septembre 1941.

Houdeng-Goegnies possédait une église, qui fut démolie il y a 33 ou 34 ans; elle occupait l'emplacement où se trouvent les bâtiments de la maison libérale. 

La nouvelle église date de cette époque; elle est située place Albert 1er, non loin de la première. Elle a nom Saint-Géry. Eglise moderne, l'édifice ne se rattache qu'à l'histoire contemporaine.

 SAINT GERY. 

Le culte dont jouit saint Géry s'explique par le fait qu'il fut, très tôt, honoré comme le patron du diocèse de Cambrai, et que la majeure partie des paroisses du Hainaut actuel relevèrent de ce diocèse jusqu'à la Révolution française. Il naquit à Yvois, aujourd'hui Carignan dans les Ardennes françaises. Son biographe raconte que Magnerius, l'évêque de Trêves, faisant un jour la visite de cette paroisse qui relevait de lui, apprit qu'un jeune garçon se distinguait par sa piété; il se rendait à l'église tous les jours, jeûnait, distribuait sa nourriture aux pauvres et, surtout, s'adonnait à l'étude des Saintes Ecritures. II était né de parents romains mais portait le nom germanique de Gaugericus; il s'agissait de notre Géry. 

L'évêque lui conféra la tonsure et lui promit le diaconat, à sa prochaine visite, s'il connaissait le psautier par coeur, ce qui fut le cas. Devenu prêtre et vicaire à Trêves, Géry fut, entre les années 584 à 590, élu évêque de Cambrai-Arras, par le clergé et le peuple de Cambrai. 

Le diocèse dont il avait été chargé était, à cette époque, fort étendu. Il coïncidait avec la "cité des Nerviens" - le sceau de l'évêque portait même le titre d'"episcopus Nerviorura" - et allait du Cambrésis au sud, à la Campine au nord, à l'actuelle frontière entre le Belgique et les Pays-Bas. 

Saint Géry témoigna d'une extraordinaire charité et, plus particulièrement, d'un souci constant de libérer les prisonniers de guerre, réduits en esclavage. Une tradition très ferme lui attribue l'érection d'une chapelle sur une île de la Senne, à l'endroit où s'édifia la ville de Bruxelles. Cette chapelle fut d'ailleurs remplacée par une église, dédiée à saint Géry, mais par après, ce bâtiment fut détruit et le lieu du culte supprimé. 

Après un épiscopat de 39 ans, Géry s'éteignait le 11 août 625.

15:45 Écrit par Petit Loup dans Vie religieuse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gery |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.