22/03/2009

Petit glossaire de nos rues.

Journal "Indépendance" - Samedi-Dimanche 6-7 octobre 1951. 

Les commissions de toponymie ont toutes bonnes raisons de protéger les appellations de nos rues; d'autant plus que de très nombreuses parmi elles s'ornent d'appellations historiques ou folkloriques tellement précieuses et remarquables. 

Et de nos villages, petits ou grands n'arriverait-il pas facilement que l'on exagère l'importance d'une notoriété locale, peut-être même toute passagère. 

Si certains partisans, certains thuriféraires avaient pu imposer leurs vues, il ne resterait plus guère de belles appellations dans nos adresses; et comme la gloire tourne, il aurait fallu parfois dégommer un édile qui n'aurait pas tenu ses promesses, ou dont le nom rappelé quelque turpitude locale.

Quant aux désinences abstraites, telles les rues de la Liberté, de la Bonté, du Progrès, consécration naïve des idées républicaines, leur abondance risquerait de donner une nomenclature risible; le même principe amènerait des rue de la Clarté, de la Blancheur, du Rire, de la Vie, de la Vapeur... 

N'est-ce point déjà discutable que l'on soit arrivé à dire et à imprimer ce pléonasme "rue de la Chaussée"? Modernisme qui n'a pas la saveur des mots de nos "Tayons", qui se comprenaient en disant "El grand pavé", et pour telle autre artère "elle brizée", ou "el brizè". 

Venues de l'Histoire, de la Grande Histoire, les dénominations houdinoises ont survécu; la rue (aux cartulaires: le chemin) de l'Infante Isabelle, qui aurait suivi l'Infante lors d'un ou de passages historiques, la rue Jospeh II, partie de la chaussée de Bois-du-Luc, dont la construction fut autorisée par ce prince, Goegnies de son côté a gardé, - en partie mitoyenne, - une rue de Lasalle, ou de la Salle, du nom d'un fief avec ferme et dépendances aux environs du canal actuel; et dans les années plus récentes, une rue Léopold II, en souvenir d'une inauguration d'ascenseur par ce monarque, inauguration d'ailleurs fertile en incidents franchement révolutionnaires.

Plus descriptifs apparaissent les termes de Maladrée, où l'on entretient le souvenir sans traces, d'une Maladrerie ou Ladrerie, soeur contemporaine de celle qui a laissé des vestiges bien conservés aux confins du Roeulx, de Couturelle, où s'étendaient de vastes emblavures, ou "Coutures"; de Marais, où le confluent du Rieu Baron et du Thiriau-du-Luc humifiait tout un delta; de Moulin Collet, où subsiste à flanc de coteau un moignon de moulin à vent, - et que trop de gens hâtifs confondent avec le moulin à eau, qui subsiste, sur le tout proche Thiriau-du-Sart. 

L'INDUSTRIE. 

Les platineries Debauque édifiées au Marais (en 1840) pas plus que leur laminoir et leurs fours à réverbère n'ont pas laissé de trace dans le glossaire du moins; mais Houdè conserve une rue de la Fonderie dont beaucoup ne connaissent plus l'origine; les bâtiments eux subsistent pourtant, mais transformés en brasserie à la Chaussée! 

La Goegnéroise rue de la Chaudronnerie rappelle cette industrie typique dont il ne reste plus que de vagues traces; mais la rue de la Corderie, partagée entre chaque Houdeng a vu son nom inopportunément méprisé au profit de Vandervelde. 

Pourtant la Corderie continue une production bien typique; les câbles des mines; l'histoire de cette spécialité, de ces bâtiments plantés à califourchon sur cette voie qui, de ruelle passe rue mérite une relation détaillée et envisagée. 

La rue de l'Abattoir ne posa aucun problème aux édiles, guère plus que la rue des Bouchers au coeur de Goegnies; mais s'il y existe une glacière, dans le sens de fabrique de glace, la rue de la Glacière se cache autour des carrés de Bois-du-Luc, sur Houdeng-Aimeries, - où elle remémore une autre espèce de glacière, simpliste; et ce tout à côté d'une rue du Gazomètre en souvenir d'un modeste gazomètre des charbonnages. 

FOLKLORE ET FANTAISIE. 

Les historiens ont voulu, - sans le prouver, - attribuer à des usages de dîmes les appellations de Lait Beurré et de Pain blanc qui sonnent si bellement dans les noms de hameaux près des bois d'Houdeng-Goegnies et Aimeries). 

Mais il reste quelque fidélité aux terminologies et à l'esprit wallons dans les désinences, à travers les deux communes : rue du Vent de Bise, rue de la Ronce, fera la ruelle du Cachot agrandie en rue Ste Anne, la "potale" en justification existe alors que le cachot est disparu, - rue Gran'peine, rue du Culot, ruelle à l'Eau, ruelle du Marchand de Noir, rue de l'Egalité (ici à cause du cimetière égalitaire et voisin). 

Nos investigations n'ont pas encore permis de découvrir de façon certaine l'origine des noms si particuliers de Jobrette, feu Matroquette, Malapatte, etc. 

Les Houdinois et Goegnérois connaissent-ils tous les noms de rues dans leurs communes ? Certainement pas tous, car des coutumes ont persisté, telle en Houdeng-Aimeries de ne dire "El Bos-du-Luc" que pour la rue du Moulin (en souvenir d'un moulin à eau sur le Thiriau-du-Luc) qui s'enfonce dans le mystère entre "l'pavè", ou rue officielle du Bois-du-Luc d'une part et l'église et les écoles de Bois-du-Luc d'autre part; telle en Goegnies celle de désigner l'actuelle rue Jean Jaurès en citant "ellepierke" de tir à l'arc qui s'y dressa longtemps, et celle de nommer " el Coron Delatte" la rue Scailmont cependant baptisée historiquement. 

D'AUTRES EVOCATIONS. 

Bien d'autres raisons ont motivé la nomenclature : les Bois des Houdeng (Aulnois, Sart, Hutte, Houpette, Notre-Dame, des Raves), le Sart mitoyen, les trieux goegnérois (sauf un qui accepte d'être un peu mitoyen), la Tombelle et le Calvaire en Houdeng-Aimeries, la Barette qui s'égare sur trois ou quatre communes, etc... 

Mais malgré l'entremêlé des rues, chaque Houdeng, comme pour susciter des confusions, possède une place Albert 1er, une rue Joseph Wauters, une rue des Ecoles, une rue du Moulin (plus celle du Moulin Collet). Ce qui distinguerait peut-être au plus ce serait les ponts rabelaisiens en Goegnies: Brin d'Tchie et Trau d'c..., et la rose des vents dans les Carrés de Bois-du-Luc sur Houdeng-Aimeries: rues du Nord, du Midi, du Levant et du Couchant. 

Tout cela vaut-il les Ruelles des Houdeng?

16:30 Écrit par Petit Loup dans Rues et lieux-dits | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folklore |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.