20/02/2007

Ruelle du Marchand de Noir.

L’Atlas des Chemins Vicinaux signale le sentier n° 44 sous la dénomination de « sentier de Tout-y-Faut » et le n° 45 sous celle de « sentier de la Douce ».

 

Ils assuraient une liaison entre la chaussée Paul Houtart, la rue de la Chaudronnerie et la rue de la Couturelle pour aboutir vers le milieu de la rue de la Chaudronnerie, à l’impasse Marbaix et la rue de la Couturelle.

 

En 1975, par décision du Conseil communal du 4 avril une partie de l’impasse Marbaix est supprimée et, de ce fait, la ruelle du Marchand de Noir n’a plus accès qu’à la rue de la Chaudronnerie et la rue de la Couturelle.

 

Cette dénomination nous apparaît pour la première fois dans les registres de la population de 1911.

 

A la fin du XIXe siècle y fonctionna une petite entreprise de fabrication de « noir-animal » ou « noir-végétal », tenue par le patron-propriétaire-exploitant Fernand Delattre (1870-1944). Par calcination d’os et de bois, puis pulvérisation, le « noir-animal » servait au blanchiment des jus dont est fait le suc de betteraves. Le « noir-animal » servait aussi à d’autres usages, par exemple, dans la fabrication et l’ornementation de la porcelaine d’art. Cette spécialité qui paraît bien dépassée aujourd’hui, et la haute qualité du produit, valurent des notoriétés flatteuses à ce marchand de noir, en fait monopolisé, connu chez de nombreux industriels, même lointains.

21:15 Écrit par Petit Loup dans Rues M-N-O | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentier, entreprises |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.